Kalipi
L'alimentation des adolescents
L'alimentation des adolescents
Posted on by Thierry de Nutrielse

L’épidémie de l’obésité chez les jeunes semble inéluctable tant la « malbouffe » paraît être la norme dans cette tranche d’âge. Et pourtant, savons nous vraiment comment mangent nos enfants ? Quelles sont leurs habitudes, leurs attentes en termes de nourriture ? Quelles sont les influences de la publicité, des parents, de leurs pairs ?

Afin d’étudier et de comprendre les comportements alimentaires des adolescents une étude portant sur 500 familles (soit 1500 jeunes) suivies pendant 3 ans par des chercheurs a été mise en place en 2007. AlimAdo, c’est le nom donné à ces recherches à permis de tordre le cou à certaines idées reçues sur le comportement et les préférences de nos adolescents à table.

Il apparaît par exemple que si les frites, hamburgers, kebab et sodas sont bien entendu appréciés par les jeunes, ils aiment aussi beaucoup des plats nettement plus gastronomiques comme le foie gras, la choucroute, la bouillabaisse, etc… Ils plébiscitent d’ailleurs sans hésiter la cuisine de leurs grand-mères parce qu’elles cherchent à leur faire plaisir, sans être moralisatrices.
Leur attirance vers les aliments est déterminée par l’aspect, la couleur et l’odeur. Ils aiment ce qui est coloré, ferme et croquant. Ainsi il est beaucoup plus facile pour eux de consommer des légumes ou des fruits crus que cuits.
A l’âge de l’apprentissage de l’autonomie, l’adolescent préfère s’affranchir des lieux habituellement dédiés au repas. Il aime manger dans la rue, en marchant avec ses amis. Il apprécie donc tous les aliments adaptés à ce mode de consommation (comme les yaourts liquides dont la publicité est clairement dirigée vers les adeptes de la « street food »).
Les chercheurs ont également exploré l’effet des injonctions nutritionnelles sur les jeunes. Ils se déclarent exaspérés par ses multiples messages moralisateurs mais malgré tout ils y sont sensibles et ont un avis bien tranché sur le surpoids et la minceur. La maigreur est unanimement critiquée et bien que la recherche d’une certaine minceur soit très fréquente, on note quand même que dans certains milieux influencés par les stars de la R’n’B et du rap les corps musclés et affichant quelques rondeurs sont très appréciés. L’influence de la culture d’origine des familles a également été étudiée. Chez les jeunes musulmans, un souci identitaire de plus en plus fort les éloigne de la viande. En effet ils souhaitent se conformer aux règles de l’islam et consommer de la viande halal ce qui n’est pas possible au restaurant scolaire. Ils vont préférer consommer des steaks hachés, des nuggets ou des cordons bleus dont l’aspect est éloigné de l’image de la viande rouge saignante qu’ils refusent. Dans les familles d’origine turque, la cuisine familiale reste très proche des traditions, riche en céréales et en produits laitiers. Ce sont les adolescents qui vont alors métisser cette alimentation en rapportant à la maison des produits jusqu’alors inconnus (hamburger, ketchup…).

On voit donc à la lecture des résultats de cette étude que nos adolescents ont des goûts très variés et qu’ils sont sensibles aux messages nutritionnels surtout lorsque ceux-ci touchent au plaisir et à la convivialité. Ils refusent globalement les messages moralisateurs, surtout lorsqu’ils proviennent de leurs parents ! Leur façon de s’alimenter est très liée au groupe même si les influences familiales ne disparaissent jamais complètement. Reste donc à les convaincre de réserver les sodas et les aliments gras et sucrés pour des occasions festives et de revenir à une alimentation moins industrielle au quotidien.

Références :

  • Alimentation, santé et petit budget n°47 - oct 2009
  • Nutri-Doc n°81 - oct 2009